Archives du mot-clé Charente

1er Mai : Non à l’Austérité, non à la loi santé : imposons le progrès social !

L’Histoire s’est-elle mise à marcher à reculons ? Les reculs sociaux sont-ils inévitables ? C’est ce que voudraient bien nous faire croire les dirigeants de notre pays et nos entreprises. L’économie serait en crise. Les entreprises françaises ne seraient plus compétitives. L’austérité budgétaire serait la seule voie pour réduire les déficits publics et la dette. Nous n’aurions plus les moyens de financer la protection sociale, qu’il s’agisse des retraites, de la santé, du chômage ou de la branche famille. Le salut serait dans la déréglementation du travail, la flexibilité, les privatisations… Nous ne sommes pas d’accord, c’est pourquoi nous sommes opposés à la loi Macron.

Et pourtant :

  • Le CAC 40, créé le 31 décembre 1987 à l’indice 1 000, dépasse maintenant les 5 000. A elles seules, les entreprises qui le composent, ont versé 36 milliards d’euros de dividendes à leurs actionnaires en 2013 et 56 milliards en 2014.
  • Les aides publiques aux entreprises s’élèvent à 200 milliards d’euros (dont 20 milliards pour le seul CICE), quand le déficit de la sécurité sociale, toutes branches confondues est inférieur à 15 milliards. Le coût du travail dans l’industrie est moins élevé en France qu’en Allemagne (36,80 € par heure contre 38,50 €).
  • La part des salaires dans la richesse produite par les entreprises (valeur ajoutée) est passée de 75% en 1982 à 65% aujourd’hui. La différence représente environ 200 milliards d’euros qui sont passés de la poche des salariés à celle des actionnaires.
  • Dans le domaine de la santé, si la branche maladie de la sécurité sociale est en déficit, l’industrie pharmaceutique se porte bien, comme en témoignent les millions de bonus et de salaires perçus par les chefs d’entreprises, à Sanofi comme ailleurs.
  • L’insuffisance des minima sociaux, le taux de chômage record, la faiblesse des pensions de retraite se traduisent par une augmentation continue du nombre de pauvres (plus de 8 millions de personnes en France, 1 enfant sur 5).
  • Le patronat qui réclame plus de flexibilité et veut la tête du CDI dispose déjà de plus d’une dizaine de contrats différents et peut remercier les signataires de l’ANI de 2013.
  • On l’a déjà vu avec la loi Maillé en 2009, le travail du dimanche ne profite pas aux salariés, bien au contraire : le volontariat est en trompe-l’œil, les salariés qui refusent prennent le risque d’être licenciés, et les contreparties financières sont rarement au rendez-vous.
  • La privatisation de pans entiers de l’économie est d’abord un coût pour les usagers-consommateurs. Les prix des telecom, de l’énergie, des autoroutes, du stationnement, etc. ont explosé au fil du temps. Quand aux banques privatisées, il a ensuite fallu les renflouer avec de l’argent public…
  • Le niveau de vie des retraités ne cesse de baisser à cause du gel des pensions, l’age de départ en retraite est toujours plus tardif, et si l’espérance de vie augmente, le nombre d’années de bonne santé, lui, diminue. Au final, le compte n’y est pas !

Il y a urgence, mobilisons-nous !

Les Organisations Syndicales réaffirment, dans la suite du 11 janvier, que la démocratie, la république, la paix, les libertés de pensée et d’expression sont des biens communs qu’elles sont décidées à défendre face à tous les totalitarismes, aux discours haineux, aux tentatives de division et de stigmatisation.

Les rendez-vous :

  • ANGOULÊME – 10h00 / place de la Bussatte – Rassemblement Unitaire.
  • RUFFEC : 10h30 / Place du Champs de Foire – manifestation unitaire suivie d’un apéro-barbecue

9 Avril, tous unis contre l’austérité !

9 avril - Illustration

Le gouvernement continue d’aggraver la qualité de vie et les conditions de travail en entrainant les salariés dans une spirale de régression sociale. Ces politiques d’austérités mises en place au niveau européen et national contribuent à augmenter la pauvreté et le chômage, à diminuer les droits des salariés, à mettre en péril les régimes sociaux et à détériorer le service public.

De mèche avec le patronat, le gouvernement accroit l’exploitation des salariés à travers de nombreuses mesures en faveur du patronat, comme celles contenues dans « le pacte de responsabilité » qui prévoit 50 milliards d’économies au détriment du service public, de la sécurité sociale, de la retraite et 41 milliards de cadeaux aux entreprises et la très libérale loi « Macron ».

La loi Macron constitue un recul social majeur en déréglementant encore plus les licenciements, en banalisant le travail du dimanche, en cassant la justice prud’homale et privatisant le secteur ferroviaire.

Au niveau national, les organisations syndicales CGT, FO, Solidaires, FSU affirment leur détermination pour lutter contre l’austérité et ses impacts destructeurs tant socialement, économiquement que démocratiquement.

En Charente, les organisations syndicales CGT, FO Solidaires, FSU appellent tous les salariés à se mobiliser, à lutter, à s’organiser sur leurs lieux de travail et à agir collectivement par la grève pour exiger :

  • Une augmentation des salaires dans le privé et le public
  • Une remise à plat de l’ensemble des aides publiques aux entreprises
  • Une politique d’embauches dans les entreprises et les services publics
  • La défense du Service Public
  • La défense de la sécurité sociale et des régimes sociaux
  • L’arrêt des délocalisations des entreprises

Elles appellent l’ensemble des salariés à une journée interprofessionnelle nationale de grève et à manifester le jeudi 09 avril 2015.

 

Voir le document en téléchargement.

9 avril – Tract Unitaire Charente> 9 avril - Tract Unitaire Charente

A LIRE – Point de presse sur l’assurance chômage, les propositions de la CGT sont sur la table

La CGT a donné une conférence de presse sur les conséquences de la mise en application de la dernière convention d’assurance chômage ce mardi 10 février 2015. Cette conférence a permis d’aborder la question des droits rechargeables et de leurs effets pervers, ainsi que les propositions de la CGT. Les conditions dans lesquelles se déroulent les négociations et la situation des intermittents ont aussi été traitées. Lire la suite A LIRE – Point de presse sur l’assurance chômage, les propositions de la CGT sont sur la table

Contre la loi Macron, défendons nos droits au travail !

A l’appel de la Cgt Charente, environ 70 Camarades se sont mobilisés devant le Medef lundi 26 janvier contre ce projet de loi Macron.

Extrait du 4 pages Cgt Charente contre la Loi Macron :

Alors que tout le monde a pu constater que la libéralisation du travail, comprenez la casse des droits sociaux, échoue systématiquement à créer de l’emploi, le gouvernement veut faire adopter une nouvelle loi, hyper régressive :

  • démolition du code du travail
  • déconstruction de la justice prud’hommale
  • abandon de la médecine du travail
  • suppression du délit d’entrave
  • déstructuration du dialogue social
  • disparition des CHSCT
  • libéralisation des transports en commun
  • patronisation de l’inspection du travail
  • déréglementation du travail du dimanche

Même Sarkozy n’avait pas osé ! Hollande, Valls et Macron vont au bout des rêves du Medef : ils construisent une France tiers-mondisée, un paradis pour les milliardaires, un enfer pour les autres !

Les Prud’hommes en danger !

« Les prud’hommes c’est une belle justice spécifique du travail. C’est un lieu méconnu, inouï, incroyable, dont vous n’entendez jamais parler sur TF1. C’est une justice paritaire, de proximité, , elle est proscrite, dénigrée, négligée, grinçante, cruelle, elle n’intéresse pas les grands médias, pas même les romanciers ou les conteurs. Il s’agit pourtant de la justice du droit du travail.  » (Gérard Filoche)
La loi Macron transposée dans les conseil des prud’hommes c’est : « en route pour le régressisme » :

  • Extension du pouvoir des juges départiteurs ;
  • Extension de la formation restreinte (2 conseillers au lieu de 4), sur demande du bureau de conciliation (rebaptisé pour ce faire « bureau de conciliation et d’orientation » ;
  • Suppression possible de la case « bureau de jugement » au complet ;
  • Contrôle et organisation de la « démission » des conseillers prud’homaux

Voir la suite sur le 4 pages en téléchargement.
4 pages Macron

http://c.brightcove.com/services/viewer/federated_f9?isVid=1&isUI=1

Lire l’article de la Charente Libre : Angoulême: le Medef prend pour Macron