le 15 mars 2018 #çabougedanslesEHPAD

CA REPART LE 15 mars 2018EHPAD

Salarié-e-s des EHPAD et des services de soins à domicile, tous-toutes ensemble et dans la diversité des statuts de nos établissements, nous avons brisé le mur du silence I Nous avons commencé à alerter l’opinion publique, et plus personne aujourd’hui ne peut ignorer la réalité : il y a un manque énorme d’effectifs dans tous nos EHPAD I

Qu’ils soient du privé à but lucratif (KORIAN, ORPEA, …) du privé associatif à but non lucratif, ou du secteur public, nos 3 catégories d’EHPAD souffrent toutes d’un manque de personnel salarié face au nombre de personnes âgées, plus ou moins dépendantes, dont nous avons la responsabilité.

L’omerta du président de la République à l’appel des salarié-e-s en détresse et des personnes âgées lors de la grande mobilisation du 30 janvier 2018 n’a pas arrêté les manifestants. Ils, elles étaient très nombreux-se-s à clamer haut et fort : « des moyens pour travailler et préserver la dignité pour nos ainées I ».

Il nous faut donc agir pour contraindre le gouvernement à revenlr sur sa polltlque d’injustice sociale, traduite dans ses choix budgétaires qui gaspillent l’argent public, exonèrent les plus riches et privent la collectivité nationale de moyens pour ses EHPAD.

Nous revendiquons des moyens pour les EHPAD

Mettre en place un financement pérenne et solidaire pour la prise en charge de la perte d’autonomie dans le cadre de la branche Maladie de la Sécurité sociale et créer un grand service public de la Santé et de l’Action Sociale.

Arrêter les suppressions de poste dans les établissements et pérenniser le financement de l’aide, des soins et d’accompagnement à domicile.

Mettre en place un ratio d’un personnel pour une personne accompagnée en établissement et augmenter le temps passé auprès des personnes âgées à domicile.

Revaloriser les salaires, améliorer les carrières et les conditions de travail des personnels de la branche à domicile et en établissement. Revaloriser les salaires, améliorer les carrières et les conditions de travail des personnels de la branche à domicile et en établissement.

Angoulême : Rassemblement à 14 h devant l’ARS puis convergence vers la Place HERGE pour 15 h

TRACT EHPAD 15 MARS 2018

Bernard THIBAULT en CHARENTE !

Bernard Thibault, ancien Secrétaire Général de la CGT sera l’invité de l’Union Départementale CGT de la Charente.

Retrouvez-le mardi 27 mars 2018 à 17h00  (salle du Bourg à Champniers)

pour un débat autour des thèmes de son dernier livre « La troisième guerre mondiale est sociale »

Extrait :

« La toute puissance du marché qui impose sa loi depuis plusieurs décennies génère une pression exacerbée sur les travailleurs de la planète. Au nom de la loi de la concurrence, les salariés sont l’objet d’une véritable mobilisation générale qui les engage dans une guerre sans merci contre les ennemis invisibles qui cherchent à gagner des parts de marché en pratiquant le dumping social toujours plus agressif. La perspective de voir l’activité humaine permettre un progrès social pour toutes les femmes et tous les hommes de la planète se trouve ainsi sacrifiée sur l’autel de la rentabilité et des dividendes. Peut-on mettre fin à cette troisième guerre mondiale qui ne dit pas son nom et qui pourtant sape tout espoir de progrès ? »

Possibilité d’acheter le livre lors de cette soirée. Ce débat sera suivi d’un pot fraternel.
Inscription obligatoire auprès du secrétariat de l’UD par mail ou téléphone.
ATTENTION : le nombre de places est limité !

15 mars 2018, journée d’action nationale des retraités.

NON À LA BAISSE DES PENSIONS !

Les retraitées et les retraités : ni privilégiés ni assistés !

Au 1er janvier 2018 la CSG a augmenté de 1,7 point. Une augmentation de 25 %, pour la plupart des retraités, provoquant une baisse nette des pensions de plusieurs centaines d’euros par an.

Cette nouvelle baisse des pensions s’ajoute à une liste déjà longue de diminution du pouvoir d’achat des retraités : la CASA de 0,3 %, la suppression de la 1/2 part fiscale pour les veuves et veufs, la fiscalisation de la majoration familiale et le blocage des pensions
pendant 4 ans.

Et comme si ça ne suffisait pas, la pension de 2018 sera à nouveau gelée et les complémentaires bloquées pour très longtemps. Le 1er janvier, arrivent les augmentations des complémentaires santé, du gaz qui prend 6,9 %, du forfait hospitalier qui passe à 20 €, des taxes sur le carburant…

Les retraitées et les retraités ne sont pas des privilégiés !

Rassemblement
jeudi 15 mars 2018
à 15 heures
Place Hergé
à ANGOULEME.

 

 

Les luttes féministes ont permis de conquérir des droits et
de progresser vers l’égalité entre les femmes et les hommes. Mais cette égalité est loin d’être effective. C’est pourquoi la journée du
8 mars ne se « fête » pas et n’est pas la « journée de la femme » mais bien celle de lutte pour les droits des femmes !

Le 8 mars est une journée internationale de convergence de toutes nos luttes, celles des femmes d’ici et d’ailleurs.
L’égalité entre les femmes et les hommes est pour nous incontournable : elle participe du progrès social. Laisser perdurer les inégalités, s’exercer les violences contre les femmes et les filles, c’est porter une responsabilité sur le fait que les idées rétrogrades progressent, que le patriarcat perdure. Et nous ne cesserons pas de le répéter : la « cause des femmes » n’est ni secondaire, ni une opération de communication. Elle ne se limite pas à féminiser les postes de direction en oubliant la majorité des femmes scotchées au plancher collant des temps partiels et de la précarité. Elle demande outre une volonté politique de tous les instants, des moyens humains comme financiers importants pour y parvenir et des sanctions contre les employeurs qui ne respectent pas l’égalité professionnelle.

En 2018, l’urgence à obtenir l’égalité est toujours là !

Dans la métallurgie, par exemple :
– 26% d’écart de salaire entre les femmes et les hommes,
– 40% d’écart sur les pensions de retraite entre les femmes et les hommes,
– 80% de femmes se disent victimes de sexisme au travail,
– 1 femme sur 5 se dit victime de harcèlement sexuel sur le lieu de travail,
– 5% des viols et 25% des agressions sexuelles sont à déplorer sur le lieu de travail.

L’égalité entre les femmes et les hommes est une question de justice sociale et de démocratie. C’est un levier pour gagner l’émancipation de toutes et tous.
«Le féminisme n’a jamais tué personne. Le machisme tue tous les jours.»
Benoîte Groult.

En 2018, les femmes en France sont toujours payées 26% de moins que les hommes. Comme si elles arrêtaient tous les jours d’être payées à 15h40.

C’est pourquoi la CGT Charente invite tous les personnels

dans toutes les entreprises, administrations, associations, etc …

à débrayer à 15h40 ce 8 mars 2018

Mouvement national de grève dans les EHPADs – Lutter pour la dignité de nos aîné.e.s, c’est la conserver! Mardi 30 janvier à 14h30 au CH ANGOULEME HALL SUD

Les salarié.e.s des EHPAD se sont massivement mobilisé.e.s ces derniers mois ainsi que les  résident.e.s, leurs familles, les associations, pour dénoncer les dégradations des conditions de travail et d’accompagnement indignes des personnes âgées. Les soutiens au personnel se sont intensifiés et les pouvoirs publics se sont emparés du sujet au regard de l’urgence que nécessitait la prise en compte de ces problématiques. Les effectifs sont nettement insuffisants et la réforme de tarification se traduit par une baisse drastique de dotations entraînant des réductions de postes.

La Loi de finances de la sécurité sociale (LFSS) 2018 affiche un objectif de baisse de la dépense publique et de réduction des déficits au détriment de notre système de santé et de protection sociale Pour rappel, il n’y a plus de secrétariat d’Etat aux personnes âgées, ce qui pose légitimement la question de la prise en compte de nos ainé-e-s. Par ailleurs, la nouvelle tarification va amputer les budgets des établissements de près de 200 millions d’euros.

Ces derniers mois, la situation dans les EHPAD s’est tendue avec la multiplication de luttes locales. Les personnels en nombre très insuffisant sont épuisés par des cadences infernales, soumis à des phénomènes d’extrême intensification du travail allant malheureusement parfois jusqu’à la perte du sens du travail, l’épuisement absolu et la dégradation directe de la prise en charge des personnes âgées.

Les résident.e.s doivent être considéré.e.s comme des citoyen.ne.s à qui la collectivité doit assurer des conditions de prise en charge décentes face à la perte d’autonomie. Les agent.e.s ne doivent plus être traité.e.s comme des robots devant assurer des tâches minutées et déshumanisées. Les personnels et les résident.e.s doivent reconquérir leur dignité.

La situation n’a été que trop banalisée. Ce n’est plus possible, ce n’est plus supportable !

La CGT a décidé d’une initiative nationale  dans les EHPAD le mardi 30 Janvier 2018.

Elle sera précédée de débats, d’assemblées générales des personnels, d’interpellation des élus locaux… Cette journée sera marquée par des débrayages, des rassemblements avec la population devant les établissements, des délégations auprès des Préfets et des ARS…

Mardi 30 janvier à 14h30 au CH ANGOULEME HALL SUD

Les représentants CGT de l’USD 16, des syndicats des Services Publics ainsi que les syndicats des Retraités seront présent avec vous, pour porter vos légitimes revendications et les faire sortir des « murs » de vos établissements respectifs.

Venez nombreuses et nombreux, avec vos revendications, votre quotidien par écrit. Vos revendications et/ou témoignages seront déposés avec votre accord, auprès des représentants de l’état sollicités.

SYNCGT-SEC18012216040