Tous les articles par comcgt16

Journée d’Action Interprofessionnelle du 09 octobre 2018

Nos salaires, pensions de retraite et minimas sociaux stagnent pendant que les dividendes versés aux actionnaires flambent et ont été multipliés par 5 en 30 ans.

Depuis la rentrée, les annonces et les réformes se succèdent sans que des avancées sociales puissent y être décelées, au contraire :

  • Le « plan de pauvreté » qui aurait dû cibler les plus démunis et notamment les plus jeunes pour les sortir de la précarité s’avère être un vaste plan de communication sans ambition réelle.

 

  • Une réforme du système de santé qui est une nouvelle attaque libérale contre la santé publique et ne répond pas aux exigences et besoins des usagers et des personnels de santé.

 

  • Le projet de loi PACTE, qui relance les privatisations et s’attaque à nouveau au Code du Travail et au financement de Sécurité Sociale, remettant en cause notre modèle de solidarité intergénérationnelle.

 

  • La « réforme » de l’État va se poursuivre avec l’objectif de supprimer 50 000 emplois à l’horizon 2022.

 

  • Le quasi-gel des pensions de retraites pour 2019 et 2020.

 

  • La réforme des retraites se profile avec l’objectif pour le gouvernement de mettre en place un nouveau régime universel à point totalement inégalitaire, au montant final soumis aux aléas du monde financier et qui remettrait en cause tous les régimes particuliers.

 

  • Ce qui coûte « un pognon de dingue » ce sont les exonérations et les cadeaux au grand patronat du CAC40 et l’évasion fiscale estimée à 100 milliards d’Euros par an.

 

Tous ensembles, publics et privé, jeunes et retraités nous avons les moyens de résister dans l’unité en affirmant nos revendications et de mettre un coup d’arrêt à cette folie néolibérale.

Mardi 9 Octobre 2018

           Toutes et tous en grève et en manifestations

 

Oui des réformes sont nécessaires mais pas celles proposées par le gouvernement.

 

Pouvoir d’achat : Augmentation des salaires, du point d’indice et des pensions, allocations et minima sociaux – non à l’augmentation de la CSG.

Retraite : Maintien de tous les régimes par répartition, maintien des pensions de réversion et départ à la retraite à taux plein à 60 ans.

Service public : Défense et reconquête d’un service public de qualité et de proximité sur l’ensemble du territoire avec l’embauche d’agents sous statut.

Egalité professionnelle : La réalisation concrète de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.

Sécurité sociale : Défense de la sécurité sociale basée sur le principe « chacun cotise selon ses moyens et reçoit selon ses besoins ».

Conquêtes collectives : Garantie des emplois, des statuts, des conventions collectives et des missions. Abrogation de la loi Travail et des ordonnances Macron.

Droit aux études : Égalité d’accès à l’éducation et à la formation du plus jeune âge à l’université. Non à Parcousup.

 

ANGOULÊME : 

– > Pique-nique partagé à partir de 12 heures – Place New-York

-> Départ de la manifestation 14 heures – Place New-York

CONFOLENS : 10h au Rond-point du Lycée

COGNAC : 17h30 à la Sous-Préfecture

TRACT – Journée du 09 OCTOBRE

28 juin 2018: tous dans le combat !

La destruction complète et totale des tous les conquis sociaux, tel est l’objectif avéré du monarque de l’Elysée. Le rouleau compresseur ultra libéral a décidé de tout nous prendre, et de tout leur donner à ces 1% de Français les plus riches, au MEDEF et aux marchés financiers. Nous salariés, privés d’emploi, retraités ou étudiants subissons une attaque sans précédent sur tous nos droits avec en plus l’accompagnement de certains « réformistes ».

Notre modèle social, créé à la fin de la guerre dans un pays en ruine, est depuis les années 70 attaqué de toutes part et nous assistons à sa remise en cause par la mise sur le marché de ce qui en est le socle : le service public.

Répondant aux revendications du MEDEF, le gouvernement et la majorité parlementaire agissent pour le seul intérêt de la classe dominante, tout en faisant preuve d’un mépris de classe envers les salariés ou travailleurs dits autonomes, les privés d’emploi, les retraités et les jeunes.

Pourtant partout en France des salariés se dressent et s’opposent à ces destructions. Ils refusent de voir leurs droits détruits. La lutte des cheminots depuis plus de 2 mois, des salariés de l’énergie qui bloquent plus de 175 sites partout en France, les EHPAD, le transport, les hôpitaux,. Le service public est visé, attaqué, destructuré, et cela nous concerne tous. Les droits des salariés sont attaqués à travers la remise en cause des conventions collectives, des 35h, des droits à l’assurance chômage, à la formation professionnelle et bientôt ceux de nos retraites. Comment pouvons accepter de voir cette caste de nantis détruire ce que nos anciens ont gagné dans la lutte et dans le sang?

Allons-nous nous résigner à redevenir les exclaves d’un système capitaliste que nous avons fait plier en 1936, 1945 et 1968 par la grève massive et la lutte dans les entreprises?

En tant que citoyens, ce projet de société au seul profit d’une minorité toujours plus riche, exploitant sans cesse les travailleurs et profitant des richesses que nous produisons sans que nous en recevions notre juste part  est-il celui auquel nous aspirons?

Aujourd’hui, en Charente comme partout en France, les salariés, les retraités, les jeunes ne s’en laissent pas conter par ce gouvernement et la contestation prend une ampleur de plus en plus importante. Ils exigent une autre action politique du gouvernement et que le patronat réponde à leurs revendications dans les entreprises. Le blocage de l’économie doit nous permettre de leur montrer notre capacité à développer le rapport de force. Et c’est dans les entreprises que cela se fait.

Aussi l’intersyndicale CGT-Solidaires appelle les salariés à faire 2h de grève minimum le jeudi 28 juin dans leurs entreprises, pour montrer au patronat, à Macron et son gouvernement que nous n’acceptons plus la destruction de nos droits.

Sur les lieux de travail, nous invitons les salariés à participer à la construction de leurs revendications lors d’AG des salariés et à interpeller le patronat de leur entreprise Car chaque salarié, dans chaque entreprise, doit être acteur de la transformation de son quotidien et doit pouvoir s’inscrire dans un processus revendicatif lui permettant de conquérir de nouveaux droits et d’améliorer ses conditions de vie et de travail.

Avec eux, exigeons entre autre,  l’amélioration de notre pouvoir d’achat, des pensions et minima sociaux sur la base de 1800 euros net pour le SMIC, la réduction du temps de travail à 32 heures hebdomadaires.

Pour nous, toutes ces luttes – comme celles en construction – nécessitent un grand rendez-vous d’actions interprofessionnelles et unitaires.

Et parce que c’est tous ensembles, salariés du public, salariés du privés, privés d’emploi, retraités et étudiants nous voulons défendre notre modèle social, les organisations syndicales CGT et Solidaires appellent les salariés du privé et du public, la jeunesse et les retraités à participer massivement  au casse-croûte revendicatif

sur le parvis de la gare d’Angoulême

et sur le parvis de la gare de Cognac

à partir de 12h 

pour apporter notre soutien à la lutte des cheminots et faire converger nos  revendications.

2018.06.19.Tract UD 28 juin

 

 

EDF à la masse !

Les salariés de ENEDIS, filiale de EDF, à l’Isle d’Espagnac, sont en grève, avec la CGT, depuis lundi 18 juin.

Ils ont décidé de tenir le piquet de grève 24h/24 !

Vous pouvez leur apporter votre soutien tant en présence physique qu’en les aidant financierement.

Vous ne pouvez pas les rater, camions bleus et drapeaux CGT marquent l’endroit, boulevard Salvador Allendé

CI dessous- 2 tracts de la Fédération Nationale CGT des Mines et Energies, pour mieux comprendre.

communiqué de presse FNME

20180618_FNME_CGT_Appel_actions_juin_2018

Conférence – Débat autour du thème « Fonction Publique et services publics » – vendredi 15 juin 2018 à 14h

Une conférence débat animée par Christophe DELECOURT, Secrétaire à l’UFSE, autour du thème : «  Fonction Publique et services publics » aura lieu le vendredi 15 juin 2018 de 14h00 à 17h00 dans les locaux de l’Union Départementale CGT de la Charente.

Il y sera notamment abordé « CAP 2022 », véritable feuille de route gouvernementale de la fonction publique pour les années à venir.

Pour rappel, l’idée de cette initiative, qui devra en appeler d’autres, est de permettre aux camarades de la fonction publique de venir exprimer leur point de vue sur la situation dans la fonction publique, de le partager et de débattre collectivement des enjeux de la politique publique gouvernementale et  de ses impacts sur les fonctionnaires mais aussi sur les citoyens utilisateurs.

Service-public