TRACT DU 1er MAI 2017 et Déclaration de la Commission exécutive confédérale

Ensemble, faisons du 1er mai une journée de lutte et de mobilisation contre     l’extrême droite, l’ultralibéralisme, pour la paix, la prospérité et la justice    sociale.

L’origine de la « fête du travail », fixée au 1er mai, remonte au XIXème siècle. Le 1er mai 1886 est en effet la date retenue par les militants de « l’American Fédération of Labor » pour obtenir la journée de 8 heures, dans le cadre du rapport de force avec le patronat. Le jour venu, ce sont plus de 200 000 ouvriers qui se mettent en grève pour faire plier les dernières résistances de leurs employeurs. La manifestation du 3 mai, à Chicago tourne au drame. C’est dans le sang que les ouvriers américains obtiennent finalement gain de cause.

C’est en leur mémoire qu’à partir de 1890, les ouvriers européens manifesteront chaque 1er mai pour la journée de huit heures. L’année suivante survient le drame de Fourmies, ville minière du Nord de la France. La troupe tire sur les manifestants pacifiques qui réclament une réduction du temps de travail (8 heures de travail, 8 heures de sommeil, 8 heures de loisirs). Bilan : 9 morts, 35 blessés, entraînant un émoi national et l’amnistie pour les manifestants arrêtés.

Ce 1er mai, intervient dans un contexte économique, social et politique dégradé. L’opposition systématique entre les pauvres et les moins pauvres, entre salarié-e-s et travailleurs indépendants, entre les immigrés et la population française est un leurre qui détourne du vrai débat qui est celui de la dé-financiarisation de l’économie et de l’entreprise et d’un autre partage des richesses.
Les Organisations Syndicales CGT, FSU, Solidaires de Charente rejettent le fascisme, la xénophobie, la haine. Elles rejettent également l’ultralibéralisme, le règne de la finance et la pseudo libération du travail qui ne profite qu’au patronat.
Au contraire, les solutions résident dans les valeurs de progrès social, de solidarité et de paix entre les peuples.
Au lendemain du premier tour, la qualité de nos vies est un enjeu !
Les organisations syndicales signataires appellent l’ensemble des salarié-e-s à la vigilance, à la mobilisation et à l’action pour montrer aux candidats qu’ils s’opposeront dans la rue, et dans l’unité, à la casse des acquis sociaux dictée par le patronat le plus réactionnaire.
Avec les salarié-e-s et les citoyen-ne-s, nous attendons du futur président de la république l’abro-gation des lois Rebsamen, Macron et El khomri.
Aux intérêts du MEDEF et de ses actionnaires, nous opposerons la défense et la prospérité organisées de notre modèle social seul porteur d’avenir pour les salarié-e-s et les citoyen-ne-s… »
Ensemble, faisons du 1er mai une journée de lutte et de mobilisation contre l’extrême droite, l’ultralibéralisme, pour la paix, la prospérité et la justice sociale.

invitent l’ensemble des salarié-e-s, privés d’emploi, des retraité-e-s à participer à un rassemblement place de la bussate à ANGOULÊME Le 1er mai 2017 à 10h30
Prise de parole suivie d’un défilé dans les rues

TRACT 1er mai 2017 (1)

Faire barrage à l’extrême droite et lutter pour le progrès social et la démocratie

Déclaration de la Commission exécutive confédérale

http://cgt.fr/Declaration-de-la-Commission-44465.html