La SNCF déraille Faisons la changer de voie !

Ça y est, la décision serait prise : il n’y aurait plus d’arrêts TGV en gare de
Ruffec à la mise en service de la LGV SEA, le 2 juillet 2017 !!!
Le scénario de casse du service public, envisagé par la SNCF, enfin SNCF
mobilités et SNCF réseau maintenant, se met en place.
Après la suppression des arrêts TGV, il est envisagé la réfection des quais, mais
pourquoi refaire des quais lorsqu’on supprime des trains ? Et bien pour que les TER qui
restent puissent circuler en EAS (équipement agent seul) et sans autorisation de départ
obligatoire.
Donc plus de TGV, plus de contrôleur et plus d’agent circulation. Pas de TGV, pas
besoin de billets et donc le DBR (Distributeur Billets Régionaux) pourrait suffire,
conséquence plus de guichets voyageur.
Et pour couronner le tout, baisse de la vitesse de la ligne qui passerait de 220
km/h à 160 km/h ce qui engendrerait un allongement des délais d’acheminement, une
maintenance amoindrie, la fermeture de brigade de maintenance chargées de l’entretien
de la voie (St Saviol-Ruffec) et la diminution des
effectifs en maintenance électriques et
caténaires.

La casse de l’entreprise publique et les
suppressions d’emplois annoncées
(- 4000 emplois par an sur 7 ans) dégradent les
conditions de vie et de travail des cheminots et
suppriment les services rendus aux usagers.
Il en va de l’avenir d’une cinquantaine de cheminots qui n’auraient plus de travail
sur ce lieu de vie.
Il en va aussi de l’avenir d’un bassin de vie de 100.000 habitants qui rayonne sur 3
départements, le Nord Charente, le Sud Vienne et le Sud Deux-Sèvres.
Le Syndicat CGT des Cheminots et l’Union Locale CGT du Ruffécois
appuyés par la Fédération CGT des Cheminots et l’Union Départementale CGT
de la Charente, appellent tous les syndiqués, les salariés, les usagers et les
citoyens à participer aux différentes actions proposées les samedis tout au
long du mois de janvier.
Nous continuerons à informer sur les ravages de ces politiques en
territoire et nous organiserons un débat public sur le ferroviaire début
février.

tract-la-sncf-deraille