TUSC n°475 – Janvier 2016

ÉDITO / Samantha DUMOUSSEAU – Secrétaire générale de l’UD CGT de la Charente

La fin d’année 2015 a été surtout marquée par des attentats, de la violence partout dans le monde. 1 an après « Je suis Charlie » et  que le peuple de France se soit mobilisé, pour défendre les libertés, l’égalité, la fraternité, la solidarité, les valeurs essentielles au vivre-ensemble, à la démocratie et à la dignité humaine, notre gouvernement veut nous imposer un « Etat de sécurité », qui jusqu’à preuve du contraire reste inefficace dans la lutte contre le terrorisme.

Pendant ce temps, notre pays est surtout marqué par une violence sociale où le processus de criminalisation de l’action syndicale  s’accentue. A l’exemple, des 8 camarades « ex Goodyear » qui ont été condamné par le Procureur de la République à 24 mois de prison dont 9 mois ferme pour séquestration de deux cadres de leur usine afin de défendre leur emploi.

Dans notre territoire, nous avons aussi quelques exemples de répression syndicale. Que ce soit visàvis de salariés de l’Aide à Domicile contre lesquels  la Fédération Charentaise de l’ADMR mène un combat continuel et plus particulièrement contre nos élus CGT pour les empêcher d’exercer leur droit.  Début janvier, notre Camarade Laurent Deslias, Délégué syndical de Terreal,  est victime d’une sanction  avec une mise à pied de 3 jours, par son employeur pour des propos tenus à l’encontre d’ une autre organisation syndicale.

Rien ne peut justifier un tel acharnement si ce n’est que de vouloir museler la classe ouvrière, la CGT et profiter d’un Etat d’Urgence pour casser nos acquis sociaux et le Code du travail.

Aujourd’hui, toute la CGT se doit d’un soutien vis-à-vis de ces camarades, qui ne font que défendre les intérêts des salariés. Ne les laissons pas seuls ces camarades !

Dans sa même logique, ce gouvernement continue d’annoncer une série de mesures inefficaces pour, entre autres enrayer, le chômage. Plusieurs initiatives qui se dégageraient autour de l’apprentissage, la formation des chômeurs, la révision du Code du Travail, et d’une nouvelle loi dite « Macron ».

L’ambition du MEDEF est de dynamiter le Code du travail et renvoyer la majorité de nos grands principes, les garanties fondamentales des salariés, aux accords d’entreprises ou de branche. Renforcer le poids de la négociation en entreprise ne se traduira que par une régression des droits des salariés, surtout dans les entreprises où il n’y aucune organisation syndicale.

Il nous revient donc, à la CGT, d’informer, de favoriser l’échange entre salariés, de travailler à un rapport de force conséquent pour défendre et conquérir de nouveaux droits notamment en portant la réduction du temps de travail et des 32h00, qui est une réponse à la création d’emplois.

ÉDITO                        P 01

ACTU                         P 03
L
es 32h, c’est possible !

INFOS LUTTES          P 04
R
elaxe pour les 8 de Goodyear
Pétition  » Nous sommes tous des Goodyear »

VIE SYNDICALE  P 07
L
a parole au syndicat HERTUS
Bilan orga 2014 et 2015
51ème Congrès : consultation des salariés.

PAGE CULTURELLE    P 10

AGENDA  P 12

Voir le TUSC n°475 de janvier en Pdf.
IMAGE TUSC - 475 - UD - Janvier 2016