Mairie d’Angoulême, appel à la grève le 3 nov.

NOUS APPELONS A PARTICIPER MASSIVEMENT AU RASSEMBLEMENT
qui aura lieu le 3 novembre à 11H00,
dans la cour de l’Hôtel de Ville.

Nous déciderons, ensemble, des suites à donner à notre action…

Au CTP du 1er juillet 2015 nous avons réaffirmé notre volonté de ne  pas voter un projet de restructuration aux antipodes de la modernisation progressiste dont nos services ont besoin. Nous nous opposons et nous nous opposerons à toute tentative de casse du Service Public…

Suite aux décisions prises à l’assemblée générale du 12 octobre, l’intersyndicale a fait signer une pétition établissant l’ensemble des revendications et déposé, le 21 octobre, un préavis de grève pour le 3 novembre.
Après négociations avec l’autorité, seule la CGT maintient son préavis et cela pour les raisons suivantes :

D’une façon générale, et malgré les quelques modifications apportées au cours de la négociation, le protocole d’accord soumis à notre signature, conditionné par « une sorte de chantage à la faillite de la collectivité » se présente comme un chèque en blanc. Les réponses aux revendications sont floues, sans engagement ferme, ni chiffre précis.

Dans le détail :

Sur la réorganisation des services :

Seuls 2 services sont ciblés, le service environnement (propreté urbaine +espaces verts) et le service de la vie scolaire.
Pour le service environnement 3 recrutements (élagueurs), 4 contrats aidés et 4 mutations internes auront lieu à compter du 1er janvier AU MIEUX !
Le service de la vie scolaire dont le manque d’effectif a été finalement reconnu, fera l’objet d’une cartographie des besoins le 31 décembre au plus tard ! La municipalité s’engage à pallier ce manque d’effectif au 1er semestre 2016 : Impossible ! La CGT demande une reconstitution immédiate de la brigade !
Beaucoup d’autres services en sous effectif et en souffrance devront attendre le petit livret explicatif d’arbitrage sur les missions, fin novembre…

Sur l’excès de polyvalence et la souffrance du personnel :

L’évaluation des agents, dans le cadre du futur dispositif de Gestion Prévisionnelle des Emplois, des Effectifs et des Compétences (GPEEC), sera simplifiée et comprendra un volet déclaratif. Rien de nouveau ! Jusqu’à une période récente les formulaires comprenaient déjà cet espace d’expression !
Rien ne répond ici à l’excès de polyvalence posant des problèmes d’hygiène, de sécurité et de technicité !

Sur L’excès d’emplois précaires :

L’éventuelle intégration des précaires sera examinée au cas par cas selon les besoins et en fonction des possibilités budgétaires : réponse plus qu’imprécise !

Sur l’externalisation des missions :

Très souvent les agents doivent reprendre les chantiers donnés au privé. Déterminer des critères d’externalisation ne changera rien à l’affaire ! En outre, de nombreux exemples, partout en Europe où sévit le dogmatisme libéral, montrent qu’au final, ces externalisations coûtent toujours plus cher à la société. Elles rapportent aux entrepreneurs choisis, mais pas à leurs salariés pressés comme des citrons. Des économies ! Quelles économies ?

Sur le régime indemnitaire et rémunération :

La proposition est celle d’un chantier de refonte qui devrait aboutir au 1er janvier 2017. Il s’agit d’ajouter une part variable à la partie fixe existante. L’attribution se fera au mérite évalué par la hiérarchie et tenant compte de l’assiduité au travail…
Non seulement l’instauration de ce système méritocratique risque fort de n’avoir le plus souvent et pour seul critère « la tête du client », mais en plus, en s’attachant à l’assiduité, elle condamne les personnes touchées par la maladie à une double peine et montre, au final, que la crise profonde que nous traversons n’ a pas été comprise. Les arrêts de travail qui se multiplient sont envisagés ici, non comme le symptôme de la souffrance, de ce mal être qui nous ronge, mais comme ceux d’inutiles tire-au-flanc…
Proposition également d’examiner l’éventualité, en fonction des possibilités budgétaires, de réaliser dès 2016 un effort supplémentaire en faveur du dispositif de protection sociale: COMBIEN ?
Et d’inscrire sur chaque exercice budgétaire une enveloppe pour le personnel: POURQUOI? N’y en a-t-il pas d’habitude? Et COMBIEN?

Sur la gestion des RH:

Proposition d’engager un travail en profondeur sur la question du management et en vue d’aboutir à la rédaction d’ une charte reflet d’une culture commune, fondée sur des valeurs et des postures partagées mais aussi sur des pratiques homogènes.
Il s’agit là de la réponse donnée, en général un peu partout, après 20 ans de néo management et le constat d’une organisation du travail hautement destructrice… Et qui est loin d’avoir démontré son efficacité !
Renforcement des activités du CHSCT et de ses moyens matériels et humains : la CGT évalue le temps nécessaire à la secrétaire du CHSCT pour l’exercice de son mandat à un mi-temps et pour les moyens matériels, a minima, à un ordinateur et un téléphone…

NOUS APPELONS A PARTICIPER MASSIVEMENT AU RASSEMBLEMENT
qui aura lieu le 3 novembre
à 11H00, dans la cour de l’Hôtel de Ville.
Nous déciderons, ensemble, des suites à donner à notre action…

Voir le Tract en téléchargement.
tract def 3 10 15